Le collectif Born and Die s’expose à la galerie Arondit !

NAZDRAVLJE ! Ca sonne comme le nom d’un meuble Ikea, mais c’est celui qu’a choisi le collectif Born and Die (BAD) pour leur projet ! Ils inaugurent du 28 Mai au 25 Juin leur dernière production à la galerie Arondit.

10569033_1725461631023075_6351868032878129102_n

Aurélie Faure, Léo Marin et Ivan Đapić, trois passionnés d’art se sont lancés dans l’élaboration annuelle d’un ouvrage et d’un coffret composé de multiples. Pour chaque édition, ils invitent des artistes à se réunir autour d’un thème commun et à créer ensemble un objet unique. Pour ce volet, c’est la fête qu’ils ont décidé de mettre à l’honneur.

Grâce à l’appel à projet lancé par la galerie Arondit et remporté face à une quarantaine de candidats, ils s’exposent actuellement au 98 rue Quincampoix.

Rassemblés autour de ce projet, ils sont parvenus à créer une véritable ode à la ripaille, en conservant néanmoins chacun une vision singulière des festivités. Cette combinaison d’artistes hétéroclites réunis pour l’occasion, forme une exposition décalée et déjantée.

Aurelie Ferruel et Florentine Guédon ont uni leur talent pour concevoir une tenue sculptée dans du bois dont elles se parent lors de l’interprétation de leur propre chanson paillarde.

Robin Lopvet adepte des « stupid cultures » compose des photographies à partir d’images glanées sur internet.

Performance de Robin Lopvet

Activation de l’installation d’Emilie Schalck avec Robin Lopvet alias Shemalours.

Gwendoline Perrigueux, se met en scène sur des photos pour devenir son propre sujet, sexy, coloré, brillant, pailleté, elle cherche à attirer le regard. Egalement sculptrice, la fête et ses vestiges se retrouvent immortalisés dans des « disco balls », des boules à facettes en ciment, fabriquées dans sa propre bétonnière. Dans un moule rond, elle verse cotillons, paillettes, confettis et autres symboles festifs. Paradoxalement, cet univers acidulé comme un bonbon à la fraise est obscurci par le sentiment de se retrouver face à une urne mortuaire contenant le souvenir des réjouissances.

La photographe Rebecca Topakian capture à leur insu à l’aide d’une caméra infrarouge, les noctambules désorientés sur le dancefloor. Ces fêtards nous apparaissent comme en transe, fatigués, ennuyés et défoncés, ça laisse à réfléchir !

Rebecca Topakian

Rebecca Topakian

Mais encore, Alon (ALexandrine Leclère et Julie FruchON) et Marielle Chabal, sont les invités de cette nouvelle édition !

Bienvenue dans l’univers barré de ces jeunes festoyeurs !

La Slide Box

Eklektike 1

Arondit est également un concept qui mérite qu’on s’intéresse à lui. En effet, cette toute jeune galerie exhibe à titre gracieux ces collectifs. L’intégralité du fruit des ventes réalisées est reversée aux exposants sans aucune commission. La seule condition pour y être présenté, outre la sélection, est de n’être présent dans aucun autre espace d’exposition. L’objectif ? Promouvoir des artistes peu connus. Le business modèle ? Le financement s’assure grâce à un fond de dotation, une structure juridique délivrant en échange de dons un formulaire Cerfa permettant de bénéficier d’une réduction d’impôt.

S’y rendre :

Exposition Born And Die du 28 mai au 25 Juin

Galerie Arondit
98 rue quincampoix
75003 Paris

 

Clara

About Clara S.

Créatrice du site Eklektike.com. Je pousse l’exaltation jusqu’à l’auto-flagelation. Une bonne punchline vaut mieux qu'une longue explication.

One thought on “Le collectif Born and Die s’expose à la galerie Arondit !

Laisser un commentaire