Volum’ Crew, entre rave et clubbin

Raveurs, teufeurs dans les 90 puis clubbeurs à l’aube du nouveau siècle, les membres de l’association de musique électronique Volum’, observent et analysent les évolutions musicales modifiant l’ADN de nos soirées. Également organisateurs et DJ, Kiab, NanOO, Steph et Moostik seront au Batofar le 2 Septembre, rencontre avec l’équipe.

{Eklektike} : Volum’, qu’est-ce que c’est ? 

KIAB : Une association qui regroupe des potes mais avant tout et surtout des passionnés de musiques électroniques.

NanOO : Volum’ c’est de la spontanéité, la volonté de faire danser les gens tout en gardant un côté professionnel et un esprit très “family”.

Moostik : L’essence même du grand n’importe quoi structuré ! On aime les ziks électroniques avec un grand «E» et le partager au travers de nos soirées.

{Eklektike} :  Quand Volum’ est né et qui en est à l’origine ? 

Moostik : Sur le papier, 5 ans, que j’ai monté Volum’. Mais Kiab et moi, on a commencé tout gamins avec des DJs plus âgés comme l’Agent Double et Bassdriver de Killa Disco. Ils nous ont pris sous leur aile pour organiser les premières raves dans notre région d’origine (l’Yonne). A l’époque ça s’appelait DMO, puis y’à eu Franky, Staf (NOT), Kartel au Dôme de Saint Ange,… (Désolé pour ceux que j’oublie)… ça a démarré au début des années 1990.

{Eklektike} : Qui fait quoi dans l’équipe ? 

KIAB : On organise et on mixe et pour ma part de la photographie quand c’est possible.

NanOO : J’ai intégré Volum’ depuis peu et je m’occupe en partie de la gestion de l’asso et je suis également Dj.

Steph : J’ai rejoins Volum’ récemment, je participe à l’organisation des événements.

Moostik : Tout est dit…. Mon job dans l’équipe c’est de vous prévenir quand Volum’ organise des soirées et je mets à dispo mon entreprise de communication Message’ pour… (non ! non ! je fais pas ma pub) et je mix accessoirement.

{Eklektike} : Pourquoi créer Volum’ (ou rejoindre l’asso) ? 

KIAB : Par passion pour la musique et surtout faire danser les gens grâce au mix.

NanOO : J’organisais des soirées au sein de quelques collectifs parisiens, et à cette occasion, j’ai rencontré Moostik et Kiab. On s’est invité mutuellement à jouer sur nos événements et le courant est super bien passé, notamment car on partage la même passion pour la musique et le Djing. L’organisation de soirées me branche toujours autant et j’ai naturellement rejoins l’association.

Steph : Par amour de la musique et pour partager notre univers avec le public.

Moostik : C’est un kif… Rassembler les foules pour qu’elles dansent. J’ai également un petit côté « militant ». Sans me prendre au sérieux, j’essaye avec nos moyens de permettre de faire perdurer cet esprit « rave » que j’ai connu môme avec la tolérance et le désir de partage entre les personnes qui va avec. (Tout un programme…)

{Eklektike} : Où se déroulent  vos soirées généralement ?

KIAB : En club, bar, festival, partout,…

NanOO : Pour ma part, j’ai commencé à jouer à Paris dès 2012 dans des bars ou clubs comme le 4 Elements, l’OPA, le Batofar… J’ai organisé des soirées en plein air ou encore dans des quartiers où ça bouge comme la rue Oberkampf ou encore autour de La Villette.

Steph : Sur Paris, là où c’est possible.

Moostik : Partout où on veut bien de nous… Avec une petite préférence pour moi sur les privates.

{Eklektike} : Pourquoi le nom de Volum’ ?Tétine-Volum_Eklektike

Moostik : Pourquoi pas ?… C’est marrant on me demande pourquoi « Moostik » d’habitude (faut avoir vu le film Doberman).

{Eklektike} : Parlons musique, quelles sont vos influences ?

KIAB : Pas vraiment d’influence pour moi, j’écoute ce qu’il me plait et j’achète le morceau. En revanche, je suis admiratif de certains artistes, comme Laurent Garnier, Carl Cox, The Driver, Adam Beyer, Vitalic, Chemical brothers….

NanOO : Je suis ouvert à tous styles de musique. Mes influences sont surtout la Funk, la musique Hip Hop Us des années 80 et 90. J’ai découvert la House et la Techno avec l’album Homework des Daft Punk (surtout Rollin’ & Scratchin’) et à partir de ce moment, j’ai eu envie de découvrir les différents courants musicaux et artistiques qui faisaient la house et la techno d’hier. Aujourd’hui j’écoute des artistes comme Laurent Garnier, Derrick May, Dj Sneak, Josh Wink, Adam Beyer …

Steph : Je ne suis fermé à aucun style mais j’ai une grosse préférence pour les musiques électroniques à orientation club.

Moostik : Gosse j’ai trempé dans le classique, ado ma grande sœur m’a fait une oreille au rock, punk… puis j’ai eu ma période hip hop, soul, reggae… et grâce à mon taf, je baigne dans quasi tous les univers. Je suis boulimique de découvertes. Ce qui se ressentirait le plus quand je joue serait mes influences black’ music, le groove quoi. Sinon : mon crew et Garnier !

{Eklektike} : Qu’est ce qui a changé dans la musique électro depuis les années 90 ?

KIAB : Je dirais les instruments pour composer et plus de diversité musicale, il existe de plus en plus de nouveaux styles ! Pour autant, pas mal de sons des années 90 comme l’acid se retrouvent dans les morceaux actuels.

NanOO : On a assisté au passage du tout analogique au tout numérique. Cela peut être bon car tout le monde peut s’exprimer musicalement et cela permet de créer des alternatives à la musique servie par les médias. D’un autre côté il y a une saturation d’artistes et ça devient compliqué de percer.

Moostik : Les mentalités auraient changé à mon sens, il y a une espèce de surenchère dans l’ego de certains djs (agents) et ça s’en ressent aussi au niveau du marché. Quand j’entends parler de certains cachets faramineux ça me donne la gerbe. Palper des 200 000 euros pour faire le guignol derrière une paire de platines (souvent off), parce que c’est ce qu’il se passe, moi le premier (à la différence que je ne gagne pas ces sommes) tandis que des gens se crèvent la santé à l’usine ou au bureau ça me dérange. Et puis ça fait miroiter une vie de rêve aux plus jeunes. Trax a récemment sorti un article sur les réalités financières de la profession très bien ficelé… D’ailleurs à la vue des réactions des lecteurs sur les réseaux sociaux sur ce papier, on s’aperçoit que le public n’est plus dupe… et c’est une bonne chose…

{Eklektike} :  Écouter de la musique électro dans les années 90 était-il aussi commun que maintenant ? 

KIAB : Actuellement, les mêmes codes se retrouvent mais j’ai une préférence pour les années 90 ou on était moins nombreux.

NanOO : La musique des années 1990, c’était un style à part entière incluant ses propres codes et messages politiques… Aujourd’hui, la musique électronique s’est fortement démocratisée, présente partout, elle se mélange à d’autres styles (RnB, Hip Hop, Rock alternative…). C’est une bonne chose, même si il y a une quantité de production hyper commerciale qui manque cruellement d’âme et produites dans un unique but mercantile. C’est vraiment dommage car ça perd de son essence musicale ! Heureusement, il existe toujours des perles dans les musiques actuelles.

Moostik : Je ne pense pas qu’actuellement la nouvelle génération fréquente les soirées pour les mêmes raisons qu’en 90. Les jeunes avaient certainement des coups de cœur très personnels sur tel ou tel DJ mais j’ai l’impression que les soirées étaient plus le rendez-vous de la semaine pour vivre l’expérience, une sorte de parenthèse dans la vie. Mais bon, faut dire qu’on s’est pris une tarte ! c’était nouveau… Maintenant on bouge pour voir un artiste. C’est pas une mauvaise chose en soi, c’est bien aussi que les mecs aient cette reconnaissance… Faudrait un peu des deux…

{Eklektike} : Volum’ a t’il une visée politique ?

KIAB: Aucun a part faire la fête dans la joie et la bonne humeur .

NanOO : Avec tout ce qui se passe en ce moment, je pense que les gens ont besoin de se changer les idées et de décompresser, et les soirées ne sont pas pour moi le lieu adéquat. Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas s’intéresser à la politique, mais il y a un temps pour tout.

Steph : Aucun … tout ce qu’on veut c’est que les gens s’amusent.

Moostik : Aucun ! J’essaye de produire ma musique du mieux que je peux c’est déjà du taf. NanOO président !

{Eklektike} : Dans les années 90, beaucoup de free party s’organisaient, vous les fréquentez toujours ?

KIAB : Avec Volum’ non, mais de temps en temps je vais y mixer pour des potes.

NanOO : J’étais trop jeune pour en organiser dans les années 90 mais j’ai pu en vivre quelques unes en tant que spectateur. J’ai plutôt grandi dans une culture club mais je ne serai pas contre, si l’occasion se présentait, de jouer en free.

Moostik : Occasionnellement et l’été. Je suis plus dans l’orga mais j’aime y retourner jouer. Par chez moi y’à des équipes sérieuses : GRX,… C’est agréable de jouer champêtre.

{Eklektike} : Vous êtes passés des free party au clubbing, qu’est-ce que ça change ? Êtes-vous nostalgiques de certains aspects ?

KIAB : La musique est beaucoup moins tribe et hardcore que maintenant… On trouve surtout de la minimal, house, tech house et de la trance… Nostalgique surtout sur ce sentiment de liberté et d’espace, quoi de plus plaisant que de mixer dans un décor naturel .

NanOO : Je trouve que l’esprit free party s’est bien inséré dans la sphère économique comme La Concrète,  Weather Festival etc… Comme s’il y’avait ce besoin de retour aux sources.

Moostik : «Avant c’était mieux !»… Une absurdité cette formule… Les plus jeunes se sont appropriés la musique et il en sort quelque chose. Apprécier ou non c’est subjectif. Retenons juste que le musique évolue, c’est cool non ?  Sans du sang neuf une culture meurt. Si je devais être nostalgique de quelque chose peut être des gens qui braillent quand le son claque, le fameux «alléééééééé !» dénigré maintenant… je sais pas… c’est gratifiant.

{Eklektike} : Quand on me parle de la French touch des années 2000, je pense au film Eden, est-ce que ce film est une caricature ou il représente bien la culture electro à cette époque ?

Moostik : « Caricature » non je ne trouve pas, quoi qu’il en soit il reste le parfait reflet de ce dont je parlais plus haut au sujet du game.

{Eklektike} : Un dernier mot ?

KIAB : A bientôt sur le dancefloor !

NanOO : RAS, on vous attend pour nos prochains événements 😉

Steph : A bientôt dans nos soirées.

Moostik : Rencard le 2 septembre sur le Bato avec Kikooooooooooooooooooooooooo !!!!!!!

ECHO 02 09 16 FACEBOOK

Les retrouver :

Facebook
Moostik
Kiab
NanOO

Evénement Facebook du 2 Septembre 

Vous avez apprécié cet article ? La rédaction vous conseille :

Voyage musical avec le label Boukan Records

About Clara S.

Créatrice du site Eklektike.com. Je pousse l’exaltation jusqu’à l’auto-flagelation. Une bonne punchline vaut mieux qu'une longue explication.