L’univers pictural d’Elsa McCallister

Artiste protéiforme aussi bien à l’aise avec un pinceau dans la main que derrière un appareil photo, Elsa McCallister nous ouvre les portes de son univers éclectique pour vous faire découvrir sa passion pour la peinture. Une pratique pour cette artiste qui revêt une dimension quasi cathartique. Esprit libre et enthousiaste, la jeune femme partage les secrets de son art porté principalement sur l’étude de la couleur comme moyen thérapeutique et sur l’abstraction. Lumière sur ce portrait haut en couleur.

Eklektike : Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Elsa McCallister : 28 ans. Je viens de Clermont-Ferrand, une petite ville au cœur de l’Auvergne. Ça fait 5 ans que je suis à Paris. J’ai atterri ici après être passée par Los Angeles pour finir mes études. Impossible de revenir dans ma région natale. J’ai fait de l’événementiel à Paris, je suis retournée en Californie et me revoici.

Eklektike : Comment définis-tu ton style artistique ?

Elsa McCallister : Je n’ai pas un style défini, je suis attirée par l’abstrait, les couleurs, les sensations et les vibrations qu’elles procurent. Actuellement, j’étudie les effets thérapeutiques des couleurs, leur symbolique mais aussi les chakras, la spiritualité, notamment à travers les travaux de Kandinsky sur la synesthésie. Il disait «La couleur est le clavier, les yeux sont les marteaux et l’âme est le piano avec les cordes». Pour ma prochaine exposition, j’aimerais créer des médiums liant la couleur et la musique. En pratique, je ne travaille que sur des toiles carrées.

Chromothérapie - Vert

Chromothérapie – Vert

Eklektike : Pourquoi ?

Elsa McCallister : Je me le suis demandée aussi. J’étais attirée par ce format et a priori c’est signe de perfection, création, rigueur,…

Eklektike : Qu’est ce qui t’a sensibilisé à l’art ?

Elsa McCallister : Mon père, François Lassere. Il est artiste peintre, je l’ai toujours vu peindre dans son atelier et j’ai toujours dessiné! Je suis née avec un crayon dans la main !

Eklektike : La couleur a toujours été au centre de tes peintures ? 

Elsa McCallister : Pas toujours et pas uniquement. Le cyberpunk, le futur, la technologie et le transhumanisme nourrissent également mes créations. J’ai peint une femme en m’inspirant du film « Blade Runner », représentée avec une sortie USB dans la nuque. Le transhumanisme est effrayant, nous sommes déjà tous tellement connectés, obsédés par la technologie, la tête dans nos smartphones. Je préfère de loin le contact humain, rencontrer des gens. Je pense qu’à l’avenir il y aura un retour vers des choses plus à terre à terre. Un collectif d’amis installent des ateliers d’artistes à proximité de Paris, Beyond The Doors, c’est un des seuls à organiser des soirées Arty à Paris. J’ai hâte de pouvoir y travailler, pour l’espace que je n’ai pas ici à Paris mais aussi pour la  proximité avec la nature.

Eklektike : Quelles sont tes inspirations ?

Elsa McCallister : J’ai toujours puisé mon inspiration au fond de moi mais aussi dans le fruit de mes rencontres. Cependant Kandinsky que j’apprends à connaitre m’inspire particulièrement. On peut citer aussi le cubisme (Braque, Picasso), le mouvement De Stijl avec Mondrian et Théo Van Doesburg. Quelques surréalistes également tels que Magritte et Dalí me fascinent. Je me nourris des voyages, de la nature : l’effervescence de Berlin, de ces habitants, délurés et improbables, les collages de JR disséminé un peu partout à Los Angeles…

Portrait de Nicolas Ullmann

Portrait de Nicolas Ullmann

Eklektike : Comment te viennent les idées ?

Elsa McCallister : J’ai besoin de contrôler les choses, ce n’est pas spontanée. Le projet est mûri avant même de commencer à peindre, par exemple ma série sur la couleur est inspirée des chakras. Je travail sur leur symbolique, je ne crée pas au hasard. Une fois que le sujet est décidé, je tâtonne et teste avec mes crayons.

Eklektike :  Ton processus créatif ?

Elsa McCallister : J’allume « Radio Classique ». Peindre en écoutant de la musique classique, m’aide à développer ma créativité et j’adore ça. Je réalise mes croquis, je trace sur ma toile et je me lance. Prochainement, je travaillerai tout au long du mois d’octobre pour préparer une expo et pendant cette période, je vivrai en autarcie dans ma région natale. Quand je démarre mon travail dans mon atelier, je peins des heures durant, de jour comme de nuit et perds toute notion du temps.

Eklektike :  Quelles techniques utilises-tu ?

Elsa McCallister : Je peins au couteau, en travaillant la matière, je rajoute des additifs pour épaissir la peinture et j’utilise le pinceau pour les détails. Un peu maniaque, je trace à la règle et à l’équerre pour établir la composition. Je me sers de l’acrylique généralement mais j’ai envie de tester l’huile ou encore des techniques anciennes comme la pigmentation à l’aide d’œufs. Pour un artiste, je trouve que ressentir comment cela pouvait être de peindre à la Renaissance est une expérience importante.

Eklektike : Quels effets cherches-tu à produire sur le public ?

Elsa McCallister : J’ai envie de procurer des émotions et peut-être même d’aider les spectateurs grâce à un effet thérapeutique. C’est actuellement le résultat de toutes mes recherches sur la couleur et les chakras.

Eklektike : Une oeuvre dont tu es particulièrement fier ?

Elsa McCallister : Mon autoportrait car, d’un point de vue technique, il est le plus aboutie. On y voit une partie de « Guernica », le célèbre tableau de Picasso, dans mes cheveux qui est une référence aux guerres omniprésentes dans notre monde. Dans cette oeuvre, les couleurs ne sont pas choisies par hasard. Le rouge et le vert s’opposent. Le rouge représente la passion, l’amour mais aussi le sang tandis que le vert est à la fois son opposé et sa complémentaire. J’aime ce jeu d’opposition.

Autoportrait

Autoportrait

Eklektike : Un endroit où tu aimerais exposer ?

Elsa McCallister : Je n’ai pas d’attente particulière mais la rue m’inspire. Amener l’art aux gens. Ce que fais Mr Chat par exemple en peignant dans les rues, c’est génial. Il transmet des messages et fait sourire. Sinon New-York car c’est la capitale mondiale de l’art moderne et contemporain.

Eklektike : Des actus ?

Elsa McCallister : J’expose au Paname dans le 11ème du 24 novembre au 7 décembre. Le vernissage aura lieu le 24 novembre à 19h30. N’hésitez pas à venir m’encourager pour ma première sur Paris, vous êtes les bienvenus !

Dans l'atelier. Chromothérapie - Fushia en cours de réalisation.

Dans l’atelier. « Chromothérapie – Fushia » en cours de réalisation.

 

La retrouver :
Facebook
Instagram
Website

Photo de couverture : © Gauthier Reisch

Clara et Alexis

About Clara S.

Créatrice du site Eklektike.com. Je pousse l’exaltation jusqu’à l’auto-flagelation. Une bonne punchline vaut mieux qu'une longue explication.