J’ai testé la rando roller de Paris !

Skate, longboard, roller, BMX, ski, snow,… je suis adepte de tous ces sports. Je touche à tout mais je n’excelle en rien, sic. Néanmoins l’année dernière j’ai eu envie de participer à la rando roller de Paris qui se déroule chaque dimanche. J’étais un peu stressée, mon niveau sera t’il suffisant pour suivre la cadence ? Vont-ils rouler trop vite ? Vais-je tomber ? A ce moment là, je n’avais pas chaussé mes patins depuis plusieurs années ! Je me suis lancée et voici le récit de mon expérience, attention spoiler… concluante!

Naturellement, avant de tenter l’aventure, j’ai commencé par chercher des avis sur internet mais ce fut sans succès, faute de contenu existant sur le sujet. Je me suis donc tournée vers la page facebook de « Rollers & Coquillages », l’asso qui organise depuis 1997 la rando du dimanche à Paris. Leur discours se voulait plutôt rassurant. Une rando familiale et ouverte à tous. N’étant pas du genre à crier « écartez-vous, j’sais pas freiner! », j’ai pris mon courage à deux mains. Me voila un dimanche d’été, 14h30, place de la Bastille au milieu de patineurs parés pour déambuler trois bonnes heures dans les rues banalisées de Paris. Je suis plutôt détendue mais pas suffisamment pour garder mes écouteurs que je range soigneusement pour me concentrer sur mon run. La rando démarre et l’ambiance est bon enfant et familiale comme annoncé. Des vieux, des jeunes, des parents poussant des poussettes, des virtuoses de la glisse, à deux, trois ou quatre roues, des débutants,.. tout le monde est là! L’allure est à l’image du groupe, hétérogène. Nous formons un ensemble cohérent ou chacun trouve sa place. Peu encline à la vitesse pour cette première, je reste postée à l’arrière. Je me retrouve parfois à la traine, cherchant d’arrache pied à maitriser ma (folle) vitesse mais c’est sans compter sur l’assistance de l’équipe encadrante de l’asso « Rollers & Coquillages », qui veille au grain !

Superheco – « J’apprends le roller en 30 jours »

Et les pentes ; quid des vilaines et grosses pentes parisiennes ? Évidemment il n’y en a pas vraiment mais quand on renoue avec des sensations oubliées, la descente de la rue Monge peu vite vous donner l’impression de réaliser l’ascension à l’envers du mont Everest ! En réalité, les aspérités de la chaussée et les mains tendues des voisins, vous permettent de descendre ces pistes noires de la capitale sans trop de difficultés. Résultat, une balade agréable, sans heurt ni chute, à tel point que je réitère régulièrement l’expérience! N’hésitez plus !

Clara

Merci à Guillaume « Superheco » pour les photos.

Pour en savoir plus sur la rando roller de Paris c’est en bas

About Clara S.

Créatrice du site Eklektike.com. Explorer, tester, goûter, découvrir, repousser ses limites, courir, sauter, voyager,... Alsacienne d'origine et de coeur, parisienne d'adoption et de coeur,...