L’expo le Grand 8, un tour infini de Street-Art

En investissant la réserve Malakoff avant sa démolition planifiée le 30 octobre, l’association Inzouk, nous invite au travers de son exposition street-art à une réflexion sur l’art et le vivant. Rarement réunies, généralement insaisissables et fugaces, les oeuvres street-art se retrouvent ici, de manière inédite, astreintes à un espace clos. Comme un concentré de parfum, partez à la découverte de la quintessence des artistes de cette mouvance. Une occasion unique avant l’ouverture à Paris en octobre 2016 d’un musée dédié à cet art. Exploration dans ce kaléidoscope artistique. 

La reserve Malakoff.eklektike___Samuel Leseurre

2000 m2 de surface investi par une cinquantaine d’artistes originaires du monde entier, c’est l’aboutissement d’un projet démarré en juin 2015. Par le biais de leur association de graff, Inzouk, Hadrien Bernard et Hanna Ouaziz se sont affairés plusieurs mois durant à sélectionner et réunir des street-artistes hétéroclites se retrouvant dans la pratique de la rue. Une émulation créative harmonieuse engendrant une exposition à la frontière du squatte et de la galerie.

Décomposé en trente univers distincts, le lieu est investi par des plasticiens, pochoiristes, graffeurs, Eklektike-La reserve Malakoffphotographes,… se côtoyant, constituant ainsi un puzzle artistique géant. Parcours en immersion, le visiteur chemine d’un thème à un autre, la nature, la ville, les animaux, la mort mais aussi l’immigration. Un estomac reconstitué en matière plastique, des maisons en cartons envahies par des bouées, un geyser de valises, ou encore des personnages représentant les vices de l’humanité. La résonance de ces créations ne se retrouve pas nécessairement dans un esthétisme châtié et un message limpide mais dans une lecture reflet de notre propre sensibilité et schéma de pensées. Les dizaines d’attrapes-rêves suspendus de Mademoiselle Maurice, représentent-ils les désillusions du passage à l’âge adulte ? La maison abandonnée se délitant de Swar, poussières nous étions, poussières nous retournerons, est-elle une interrogation sur la mort ?

❞Le Grand 8 n’échappe donc pas à l’une des vocations de cet art contestataire, bousculer le spectateur. ❞

La reserve Malakoff.eklektike_-_Samule LeseurreLe Grand 8 n’échappe donc pas à l’une des vocations de cet art contestataire, bousculer le spectateur. Loin de nous retrancher dans des opinions, ni coercitif, chaque installation est prétexte à engager une réflexion. L’ensemble du projet est porté par des valeurs humaine, écologiques et de partage. Jusqu’à l’utilisation de matières premières elles-même. Les œuvres ont été façonnées in situ à l’aide des matériaux stockés dans ce hangar et voués à la destruction. Sans minimalisme, la démarche de récupération et de création entreprise, fruit de longs mois de travail reflète l’envie de s’inscrire dans un comportement éco-responsable et engagé.

Le travail effectué sur les volumes dans des espaces se succédant et s’éclipsant les uns les autres, permet de se plonger distinctement dans chaque univers. La thématique, le vivant, traduit la volonté des organisateurs, de s’interroger sur l’Homme et sa condition mais est aussi une incitation à l’oisiveté. Plus qu’une exposition, la guinguette à l’extérieur invite les curieux et passionnés à s’arrêter et à profiter de l’instant.

La réserve réalise un fabuleux tour de force en réunissant des artistes d’envergure. Pour ne citer qu’eux, M.Chat, célèbre pour ses chats jaunes, noir et blanc. Jérôme Mesnager, ébéniste et peintre, traversant le monde armés de ces bombes, peint l’Homme en blanc. Cyklop et ces fameux poteaux anti-stationnement revisités à Montmartre. Jana & JS, connus notamment pour leurs pochoirs géants sur des façades d’immeubles dans Paris. Et bien d’autres encore !

A la fin du mois d’octobre, les pièces seront vendues aux enchères lors d’une soirée de clôture qui se voudra burlesque et festive ! Le lieu quant à lui, sera détruit, laissant place à un parc immobilier de logements mixtes.

Durant les six mois de vie de cet endroit éphémère, des visites et des ateliers d’initiation au street-art sont proposés aux enfants. Vu son succès fulgurant, mieux vaut réserver dès maintenant !

À partir du 1er Septembre et jusqu’au 11 Septembre, la réserve accueillera des oeuvres de Banksy, issues  d’une collection privé.

Exposition en partenariat avec Akzonobel – Olivier Ginet, In Xtenso – Jean-Marc Vibert, Cogedim et avec le soutien de la Ville de Malakoff.

Quand ?

Du 1er Juin au 30 Octobre 2016
Le mardi : 14h-18h
Du mercredi au dimanche 14h-20h

Tarifs ?

Tarif unique : 3€
1ère Entrée gratuite pour les résidents de la ville de Malakoff.
(sur présentation d’un justificatif de domicile : carte d’identité, carte famille nombreuse)
Tarifs adaptés pour les scolaires.

Les retrouver :

Site
Facebook

S’y rendre : 

La réserve Malakoff
7 rue Paul Bert
92240 Malakoff

Ⓜ 13 : Malakoff-Plateau de Vanves
Ⓜ 13 : Malakoff Rue Etienne-Dolet
Bus 126: Arrêt Gabriel Péri- André Coin
Gare de Vanves-Malakoff
Périphérique Porte Brancion

 Clara

©Samuel Leseurre

About Clara S.

Créatrice du site Eklektike.com. Je pousse l’exaltation jusqu’à l’auto-flagelation. Une bonne punchline vaut mieux qu'une longue explication.