Journal de mon confinement #2

Mercredi 18 Mars 2020

En confinement, les jours se suivent et se ressemblent. On se lève, petit dej’, devoirs du petit, télétravail pour ma compagne, écriture pour moi. Gym, déjeuner, re devoir, re télétravail, re écriture… Dîner, dodo. Le tout ponctué par les flash infos annonçant les chiffres vertigineux de la progression de l’épidémie.

15h37

On a déjà épuisé tous les exercices du blog de la maîtresse. Il va falloir redoubler d’imagination pour occuper les « temps d’étude » du planning.

15h53

On échange des messages avec nos copains, eux aussi confinés, à quelques stations de métro ou à 3h de TGV. M. joue à FIFA, A. s’est fabriqué un banc de balcon en palettes recyclées, F. télé-travaille et a déjà écoulé son stock de bières. et on soupçonne A.V. de profiter de la promo Pornhub…

16h01

Le podomètre plafonne à 151 pas. La seule distance qui existe encore sépare le canapé des toilettes. Tout ce qui n’est pas entre nos murs semble sur une autre planète.

16H18

La journée est ponctuée de moment de paranoïa, où on s’auto-diagnostique Covid19 +. Je panique de mes courbatures, puis me rappelle que mes derniers abdos datent de 2016.

16H35

Pour la troisième fois de la journée, je me glisse le mercure sous le bras.

17h08

La maîtresse poste les devoirs des deux jours à venir. Mon fils est une machine, ça va tenir deux heures.

17h49

Je passe dix pour cent de mes journées à regarder les vidéos à la con, et autant à poster des stories sur IG. L’enfermement stimule la créativité.

18H16

Je tombe sur un direct de BRUT. Bercy annonce les chiffres exorbitants du plan de soutien à l’économie du pays. Le CAC dégringole, c’est la grande braderie. Je pense à investir en action, avant de réaliser qu’on a peut-être pas encore touché le fond.

18H39

Je m’ennuie.

19h02

J’ai mal au dos.

19h28

J’ai faim.

20h00

En choeur, tout le quartier applaudit par la fenêtre. J’ai des frissons et ça me fait chaud au coeur. Alors je reprends ma température.

Episode précédent : Journal de mon confinement #1

About Bahia L.

A mes inexistantes heures perdues, je cultive l'ennui et la lenteur, et n'ai de meilleure compagnie que celle du vide et du silence. Le reste du temps, j'aspire à ne rien faire. http://eklektike.com/ https://www.facebook.com/bahia.lachnani