Journal de mon confinement #4

Vendredi 20 Mars

Je soussignée, Mme Bahia L., née le 20/02/1990, demeurant 24 rue L.B. certifie que mon déplacement est lié au motif suivant, autorisé par l’article 1er du décret du 16 mars 2020 portant réglementation des déplacements dans le cadre de la lutte contre la propagation du virus Covid-19 :

Déplacements brefs, à proximité du domicile, pour sortir les poubelles.

8h43

Chaque jour, je me douche un peu plus tard. J’ai brûlé tous mes soutifs.

9h56

On joue à la maîtresse, c’est le petit qui me donne des devoirs. Je résous de tête les calculs de Picbille. J’ai bon espoir de passer en CE1.

13h29

Le groupe Toukan Toukän prépare un morceau spécial confinement, et lance un appel au peuple : crier dans son smartphone et leur envoyer l’enregistrement. Mon fils a tellement hurlé qu’il n’a plus de voix. Si toi aussi tu cherches un moyen efficace de mettre tes gosses en sourdine, c’est par ici.

13h42

Je m’ennuie. Avec Clara on simule une dispute, pour mettre un peu de piquant dans notre routine de confinement.

15h25

La petite tête a fini ses devoir. Il me donne un coloriage magique à faire. Je dépasse du cadre. J’ai oublié de remplir mon autorisation dérogatoire de colorier hors des bords. Je suis rappelée à l’ordre.

16h08

Chaque jour, je capitule un peu plus tôt pour le « temps d’écran » de mon fils.

16H12

LCI : « Certains hôpitaux installent des centres de tri des malades. Notre système de santé est passé dans une logique de médecine de guerre. »

Il est temps de se préparer. J’apprends à faire des points de suture à l’aide d’une peau de banane, et j’ajoute « alcool à brûler » sur la liste de course.

17h17

J’entreprends de faire une coupe au bol à ma moitié, absorbée dans une réunion skype.

18h00

Coup de fil de S. qui me donne des nouvelles du front. Il semble harassé de fatigue. « La moitié de l’agence est en quatorzaine, celle d’à côté a fermé. J’ai arrêté de compter le nombre de portefeuilles que K. doit gérer. On a des demandes de clients dont on ne connaît pas la situation, c’est très, très compliqué, et même si le flux en agence est assez faible, on est submergés de mails. Les bons côtés c’est que le stationnement est gratuit, et les routes désertes, donc je viens en voiture et je gagne quelques minutes de sommeil le matin ».

K. se fait contrôler tous les jours par les forces de l’ordre sur son trajet. D. a dû envoyer sa fille en province pour continuer de venir travailler, et ne sait pas quand elle la reverra…

18h14

Visio avec la belle famille. J. porte un masque à gaz. I. et P. sont dans la même baraque, mais chacun son tel, on déconne pas avec les distances de sécurité.

18h16

I. utilise tous les filtres vidéos disponibles sur Messenger. Entre la tête de Pizza, et le rouge à lèvre psychédélique, on a des gros fous rires. Ça fait du bien. J. va se chercher une bière.

18h47

Pourquoi y a-t’il plus de morts en Italie qu’en Chine ?

18h50

Question de A. sur Messenger : « L’industrie des télécommunications chinoises a perdu plus de 8.10 millions d’abonnés ces deux derniers mois, une baisse historique jamais observée dans l’histoire de la communication mobile en Chine en constante croissance depuis 20 ans. Quelqu’un a une explication ? »

18h52

On se creuse les méninges

18h53

Réponse de A. « 8,1 millions sur 1,5 milliards, ça fait 0,5%, c’est le taux de mortalité du coronavirus »

Intervention anxiogène de A.V. : « En même temps, ça m’étonnerai qu’on nous ai confinés pour 2500 morts en Italie

18h54

Je le savais ! J’enfile une robe rouge, me sers un verre de merlot, prends une voix aiguë et lance : « On ne nous dit pas tout! »

18h57

Je harcèle google avec les mots clefs « Italie VS Chine » « Enquête chine coronavirus » Je ne trouve rien, mais le doute persiste.

18H59

Suis-je devenue paranoïaque ?

19h12

Apéro Visio avec A. et A.V., on voit A. mais on l’entend pas. On entend A.V. mais on le voit pas. Pendant ce temps, mon fils me grimpe sur la tête.

20H00

Je fais exprès de sortir la poubelle. J’ai l’impression de gagner un oscar.

Episode précédent : Journal de mon confinement #3

About Bahia L.

A mes inexistantes heures perdues, je cultive l'ennui et la lenteur, et n'ai de meilleure compagnie que celle du vide et du silence. Le reste du temps, j'aspire à ne rien faire. http://eklektike.com/ https://www.facebook.com/bahia.lachnani